dimanche 26 décembre 2010

Elle s'appelait Sarah...



"Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l’étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit. Paniquée, elle met son petit frère à l’abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible. Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie changer à jamais. Elle s’appelait Sarah, c’est l’histoire de deux familles que lie un terrible secret, c’est aussi l’évocation d’une des pages les plus sombres de l’Occupation. Un roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire, qui connaît un succès international."

Lecture très prenante,sur un sujet difficile . J'ai dévoré,ce qui m'a, bien entendu ,donné l'envie de voir le film...En espérant ne pas être déçue.
Même si le sujet n'est pas des plus heureux,je conseille vivement!

Mange,prie,aime...


J'avais de grandes attentes en commençant ce bouquin...Trop grandes peut-être...Des échos que j'en avais eu,il était bien meilleur que le film,souvent qualifié de médiocre...
Ce que j'en dirai,c'est que c'est un bouquin de "vacances",à lire lorsqu'on a pas envie de se creuser les méninges.
Je pensais pouvoir en tirer quelques enseignements,principalement liés à la méditation...Mais je n'ai pas assouvi ma curiosité.
Je ne vais donc pas me creuser pour restituer un résumé,voici,le quatrième de couverture;
"A trente et un ans, Elizabeth Gilbert possède tout ce dont une Américaine ambitieuse peut rêver : un mari dévoué, une belle maison, une carrière prometteuse. Elle devrait nager dans le bonheur, pourtant elle est rongée par l'angoisse, le doute, l'insatisfaction... S'ensuivent un divorce, une dépression et une liaison désastreuse qui la laissent exsangue et encore plus désemparée. Elle décide de tout plaquer pour partir seule à travers le monde. À elle de se construire la vie qu'elle s'est choisie ! En Italie, elle goûte aux délices de la dolce vita et prend les "douze kilos les plus heureux de sa vie", en Inde, ashram et rigueur ascétique l'aident à discipliner son esprit (lever à 4 heures du matin, méditation et nettoyage des sols !) et en Indonésie, elle cherche à réconcilier son corps et son âme pour trouver l'équilibre qu'on appelle le bonheur... Elizabeth Gilbert nous invite à un voyage vers l'inconnu joyeux et émouvant, libéré des mascarades et faux-semblants. À travers une mosaïque d'émotions et d'expériences culturelles, elle a su conquérir le cœur de millions de lectrices qui ont aimé pleurer et rire avec elle. Et qui rêvent de changer de vie, elles aussi... "

Merry Christmas...


Car cette année,ce fut pénible pour beaucoup d'entre nous...L'année prochaine,pitié,ne demandez pas un Noël blanc!!!!

samedi 14 août 2010

Djinn...


Je dois bien avouer que je ne suis pas très BD...Par contre "zom" l'est!Et maintes fois,il a tenté d'apporter cette pierre à l'édifice de mon humble culture (hum...)...Mais je n'accrochais pas!
Je pense simplement que j'ai besoin de laisser mon imagination illustrer ce que je lis.

Lorsqu'il me trainait dans ses magasins de "bulles",j'étais souvent attirée par les couvertures des "Djinn",mais ça en restait là.
Puis dernièrement,je me suis dit que j'en louerais bien un à la bibliothèque...

Et je n'ai pas été déçue du tout.
Premièrement,j'aime beaucoup l'atmosphère qui s'en dégage,très orientale.Revenant d'Istanbul,il y a peu,j'y étais de nouveau plongée dès la première page!
C'est assez axé sensualité puisque relatant entre autres la vie dans un harem.

J'ai lu les deux premiers tomes...Et j'ai hâte de louer les suivants...
Vous voyez...Comme quoi,il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis!

lundi 26 juillet 2010

Tsippora (Marek Halter)


Tsippora est la fille adoptive du sage de Madiân , Jethro . Malgré sa beauté et son intelligence , Tsippora est noire , ce qui est un problème pour trouver un mari.
Se rendant au puits avec ses soeurs , elle se fait agresser par 3 hommes.
C'est là qu'intervient Moïse qui lui porte secours . Celui-ci a fuit l'Egypte où il a tué un homme...
Ce Moïse , Tsippora l'a vu en rêve...Et ils ont une mission à accomplir ensemble ; libérer les esclaves hébreux qui sont sous le joug du Pharaon.
Malgré ses bonnes intentions , sa couleur de peau est le frein de son destin...

Magnifique bouquin,très bien écrit et qui vous captive du début à la fin...Tout ce que j'aime!

lundi 5 juillet 2010

Play to win or Play not to lose?


Playing to Win behaviors

Go as far as you can, using all your resources► Feed your
opportunities – Starve your problems► Lead – get out in front. Take
calculated risks► See change as an opportunity for growth► High
learning focus – willing to try things out to see what is possible►
View risk as a normal part of life/business and intelligently manage
the risks with solid analysis and support systems► Take risks for the
purposes of improving things. Take time to debrief, capture and widely
share the lessons/mistakes► Help others to learn and grow► Enroll
others in becoming continuous improvement leaders► Accept criticism as
a normal part of trying to improve conditions► Try, learn, try again,
learn, etc.► View substance as more important than form or looks►
Always ask: « What if » and « I wonder … positive possibilities »►
Rallying cry: « if it isn’t broke, improve it! »


Playing not to lose

Focus on not losing what you have, and maintaining status quo Don’t
rock the boat – risk aversive. Focus on the fear/negative – what could
happen► View changes and challenges as problems► Avoid uncomfortable
situations, confrontations and emotions. Don’t tell the whole truth –
just enough so that it looks like you’re telling the truth► Avoid any
mistakes or failures at all costs, including don’t try things if you
might fail or look bad (hide them if they do occur)► Overly concerned
with « looking good » and being in control. Self protection/promotion►
Focus on analysis vs. Action. Waiting until you have the « perfect »
plan► Highly political or highly critical. Being accountable means
fixing blame► Don’t take time to reflect and learn from experiences
and results – focus on short term► Most all « task » focused and very
little process or people or customer focused► Criticize others who
want to change. Attack vs. Debate. Cynical vs. Skeptical► Focus on
your area doign better than others in the company – internal
competition► Continuous maintaining vs. Continuous improvement. Don’t
rock the boat► Don’t try anything where others may criticize you.
Manage vs. Lead► Compete with instead of collaborate with teammates
and other areas for resources► Stay in your comfort zone!► Rallying
cry: « if it isn’t broke, don’t fix it! »

lundi 21 juin 2010

Madeleine (Amanda STHERS)


Madeleine a près de 40 ans et est toujours célibataire.Elle travaille dans une agence immobilière à Brest.
Les hommes ne font que passer dans sa vie et sur son corps.
"Castellot" habite Paris et prend contact avec l'agence afin de visiter des maisons.Madeleine se charge des visites.Dans l'une d'elles,ils couchent ensemble...Lorsqu'il rentre à Paris,elle se dit que comme les autres,il ne fera que passer...Et pourtant il hante son esprit...A sa surprise,il reviendra,restera un temps...Le temps pour elle d'attraper une certaine confiance,et pour lui de faire le point sur son deuil,sa vie,...

Un livre écrit simplement,parfois crûment.Belle découverte...Merci Christelle,mon puits d'inspiration!

La bande des quatre (Liz BYRSKI)


Isabel,Sally,Robin et Grace,la cinquantaine,sont amies et se soutiennent depuis 20 ans.Professionnellement,elles ont bien réussi.
Cela n'empêche Isabel d'envisager de prendre une année sabatique,sans sa famille, pour retracer la vie de sa mère lorqu'elle était danseuse en Europe.
Sally décidera un peu plus tard d'en faire autant.
Robin ayant décidé de mettre fin à sa relation avec un homme marié pense à s'évader aussi.
Reste Grace,qui ne voyait pas d'un bon oeil ces idées de longs voyages...Se retrouvant seule en Australie sans ses amies,elle se décide pourtant à prendre un peu de bon temps en Angleterre.
Chacune fera son voyage intérieur,nous amenant aussi à nous poser des questions existentielles...

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cette brique!

dimanche 20 juin 2010

Istanbul...


Petite escapade à 2 car ne soyons pas ingrats,la vie de parents,c'est magnifique,mais quelques fois ,sortir de la sphère familiale ne fait pas de tort!
Destination ; Istanbul.
Nous étions déjà allés en Turquie,mais plutôt dans le sud.
Le but ici était différent et vraiment axé visite culturelle.

Nous avons en effet circulé pas mal...Et essentiellement à pieds.
Premier jour,excursion organisée et guidée de la place de l'hippodrome,enrichie par ses colonnes importées,de La Mosquée bleue,aux faïences et peintures colorées,et enfin de Sainte Sophie qui est,à mon sens,moins accrocheuse à première vue,mais qui délivre tous ses trésors au fil de la promenade.(Notamment ses mosaïques)

Je n'étais jamais entrée dans une mosquée.J'y ai découvert une atmosphère apaisante, des coupoles magnifiques (qui me font un peu penser à des mandalas propices à la méditation),des tons chatoyants...Et de splendides faïences.
L'éclairage y est aussi tout à fait particulier.Ce sont des suspensions basses en fer forgé et verre ;très chaleureux.

Le lendemain;croisière sur le Bosphore.La particularité d'Istanbul est qu'elle se situe à cheval sur deux continents (Europe et Asie).De ce fait,selon la rive que vous visitez,les constructions sont imprégnées de cultures bien différentes.D'un côté,pierres et marbres,de l'autre bois et jardins.

Lors de notre séjour,nous avons eu l'occasion d'assister à un spectacle de Derviches tourneurs.Ce sont des religieux qui dansent une ronde mystique les amenant en transe extatique...A voir une fois;sans plus en ce qui me concerne!

Autre attrape-touristes bien connu;les bazars...Le Spice market où l'on trouve,comme son nom l'indique,épices,thés,huiles,loukoums,...(De nouveau,feu d'artifice de couleurs et de senteurs!).Le grand bazaar est plus un souk de vêtements,écharpes,cuirs,bijoux,...

Le palais de topkapi est décliné en salles abritant toutes sortes de collections de l'ère ottomane,des cours,jardins,pavillons,...Très riche architecturalement parlant!


Vous l'aurez compris,Istanbul regorge de choses à visiter.Donc,si vous rêvez de farniente,ce n'est pas la bonne destination.Par contre si vous voulez vous imprégner d'une autre culture dans une ville en ébullition;foncez,vous ne serez pas déçus!

jeudi 1 avril 2010

Carpe Diem


Si avant,l'espérance de vie était d'une trentaine d'années,à présent elle est de 80 ans...Que faisons-nous de ces 50 années supplémentaires accordées,si ce n'est courir après de l'argent,du matériel?
Est-ce que ces possessions nous rendent plus heureux?
Les buts que nous nous fixons ont-ils réellement un sens,ou nous servent-ils juste à nous imposer socialement ,paraître aux yeux des autres?
Et nos yeux,comment nous voient-ils?

Bonne réflexion...